dimanche 10 janvier 2010

Le prisonnier oublié

Non, je ne parle pas de vous quand vous faites du surtemps jusqu’a tard dans la soirée. Je parle ici d’un modèle à coller. Car s’il y avait bien un truc que les enfants de mon âge aimaient c’était bien ce qu’on appelait en anglais les “model kits”. Certains ne montaient que des voitures de course, d’autres ne juraient que par des avions militaires mais moi, c’était les monstres. Ceux-ci étaient majoritairement fabriqués par la compagnie Aurora et comportaient une particularité; des pièces qui brillaient dans le noir. Souvent on partait, trois ou quatre et on allait écumer les magasins du quartier pour se dénicher un modèle. Ensuite on se retrouvait chez l’un ou chez l’autre et on assemblait nos modèles comme des bonnes femmes avec leurs tricots.
Le modèle qui me fascinait le plus dans la lignée Aurora était “Forgotten Prisoner of Castle-Mare”, tout simplement un squelette portant encore des lambeaux de vêtement et se tenant encore debout dans sa cellule qu’il partageait avec une grosse araignée, un serpent et un crâne qui venait d’on ne sait où. La popularité de ce modèle particulier venait surtout du fait que les pièces qui brillaient dans le noir étaient bien choisies et donnaient au modèle un look unique et particulier. Quand je me couchais le soir, le prisonnier était sur une  tablette et je m’endormais en regardant les pièces luire d’un vert presqu’irréel. Voyons un peu de quoi il en retournait.

1. Voici la boîte du modèle. Observez le “GLOWS IN THE DARK”, bien visible. C’était très vendeur à l’époque. Un autre point fort d’Aurora était la qualité unique des reproductions que l’on retrouvait sur les boîtes, toutes faîtes à la gouache et très représentatives du modèle à l’intérieur.


2. En ouvrant la boîte, voici ce que l’on retrouvait. Comme on peut le constater, il n’y a pas trois millions de pièces. De plus, on pouvait choisir de monter le modèle avec ou sans les pièces qui brillaient dans le noir, que l’on peut voir dans le sac en haut à gauche. Les modèles Aurora étaient très bien moulés ce qui rendait l’assemblage très facile.




3. Bien entendu, les instructions. Car même si le modèle semblait facile à assembler, il suffisait d’une erreur quelque part et on se retrouvait dans le caca. Comme on peut le voir, les instructions étaient claires et bien détaillées.




4. Voici à quoi reseemblaient les fameuses pièces phosphorescentes.




Aujourd’hui les modèles originaux des années 60 transigent à de très bons prix sur eBay et un modèle comme celui-ci dans une boîte non-ouverte et encore scellée peut valoir une petite fortune.



Qu'est-ce que je vous disais??



Aucun commentaire:

Publier un commentaire