samedi 26 novembre 2011

Une autre époque

Très bonne discussion édifiante à souhait avec quelques bons amis il n'y a pas si longtemps sur les grands musiciens.On discutait batteurs, guitaristes et chanteurs. Ca m'a ramené pif-poil dans les années 70, là où j'ai quitté l'enfance pour entrer de plain pied dans l'adolescence. Période étrange d'entre deux aussi, où les goûts et intérêts naissants de ladite adolescence commençaient à se mêler à ceux de l'enfance dont un certain nombre d'entre eux commençaient à S'estomper. Cette mixité prenait d'ailleurs parfois des allures un peu étranges.

J'étais à ce moment assez ignorant en matière de musique. Celle-ci était quelque chose de... comment dirais-je? d'accompagnateur. Voilà. J'avais dans ma chambre un petit tourne-disque Dorchester tout en plastique (mais qui  jouait quand même pas si mal) et qui servait essentiellement à y faire jouer tout un fouilli impossiblement hétéroclite de 45-tours dépareillés comme ça se peut pas. Qui plus est, je les écoutais très généralement d'une oreille pas très attentive quand je m'adonnais à construire (lire: bousiller) des modèles à coller ou à dessiner. Et j'ose même pas ici décrire ce qu'étaient ces 45-tours. Rien de bien contemporain pour le temps, c'est tout ce que je peux vous dire.

Dès ma première année à l'école j'ai immédiatement été mis en contact avec tout un paradigme musical. Dans ce temps par de maudits téléphones cellulaires, pas de foutus textos et autres cochonneries du genre, alors durant les pauses, entre les cours ou durant le dîner on bavassait ensembles. L'un des sujets de conversation les plus populaires était bien entendu la musique. A écouter les autres j'ai vite réalisé que je connaissais pas grand chose alors j'ai pris des notes dans ma tête, des noms de chansons, de groupes et d'albums.

Dans ce temps-là il n'y avait pas cinquante-six façons d'écouter de la zizique et la plus populaire était bien entendu le fameux 33-tours. Y'avait la cassette audio aussi mais dans les années 70 c'était pas très populaire à l'école parce que bon, c'était pas tout le monde qui possèdait un «tape deck».

En peu de temps on m'avait passé des disques de AC/DC, Queen, les Stones. Pink Floyd, The Who, CCR, The Doors... Bref. J'essaie d'imaginer les cheveux de ma mère qui ont défrisé d'une traite quand elle a entendu les riffs de Jimmy Page provenant de ma chambre. Ouch! Mais n'empêche qu'a partir de ce moment-là j'avais découvert ce qu'était réellement la musique et par définition un tout autre monde. Je n'ai certainement pas tout abandonné complètement mes anciennes passions, loin de là, mais au moins j'avais l'air moins con quand on parlais zizique à l'école.

Toutefois rien ne symbolise autant mon éveil musical du milieu des années 70 comme ce monolithe immuable: 

Led Zeppelin

C'était une autre époque; pas de synthétiseur, pas d'Autotune pour corriger les défaillances vocales, pas de sampling, pas de bling-bling ou de Macbook qui gère tout. Seulement des gars avec du talent à l'état brut et dont les moules ont été cassés il y a longtemps. 

Pour l'occasion je vous offre aujourd'hui une prestation «live» de «Stairway to Heaven» qui est considéré comme un des plus grands classiques du rock, au Madison Square Garden de New York en 1973. Un vidéo où l'on apprécier Led Zeppelin à son meilleur; les envolées vocales de Robert Plant, la basse rassembleuse de John Paul Jones, les percussions incroyables de John «Bonzo» Bonham ainsi que la juste mesure de l'extraordinaire talent de Jimmy Page dans un solo absolument décoiffant (qui démarre vers 6:30) et comme j'en ai rarement entendu. Observez vers la huitième minute toute l'émotion de Page qui semble carrément dialoguer avec sa double guitare. C'était une autre époque.






4 commentaires:

  1. Solo de guitare qui est joué sur une guitare à deux manches spécialement conçue pour Page. Manche du haut à 12 cordes et manche du bas à 6 cordes. 18 cordes au total et le fou jouait sur toutes celles-ci. Il demeure encore aujourd'hui le meilleur guitariste de tous les temps.

    RépondreEffacer
  2. Les meilleurs des meilleurs, sans aucun doute!
    Avec Deep Purple, Led Zep fait partie de la 1ère "vraie" musique que j'ai écouté en piochant dans les disques de mon père.

    (Par contre juste une correction, John Bohman est surnommé "Bonzo" et non "Gonzo")

    RépondreEffacer
  3. Merci pour ce superbe moment de nostalgie....

    RépondreEffacer
  4. @ titanlivre: Je partage certainement ton ami à l'effet que Page est le meilleure guitariste de tous les temps.

    @ Tom: Merci pour avoir trouvé le typo, une erreur de frappe que j'ai maintenant corrigé. :)

    @ Johannes Roussel: Ça me fait [très] plaisir!

    RépondreEffacer