dimanche 20 mai 2012

Trois malheureux départs...

Ceux qui connaissent un tant soit peu les «comics» américains, plus particulièrement ceux de ce qu'on appelle l'âge de bronze (1970-1985) ont été peinés d'apprendre la mort, le 16 mai 2012, d'Ernie Chan.


Chan était un dessinateur originaire des Phillipines et qui a migré aux États-Unis en 1970. Il a étudié avec le légendaire John Buscema et a travaillé avec lui comme encreur. Chan a aussi dessiné de très nombreux numéros de Batman et aussi plein d'autres séries pour DC mais c'est surtout pour son travail avec Conan the Barbarian pour Marvel qu'il fut connu. 



Pendant un certain nombre d'années Chan travaillait sous le nom de Chuan, tout simplement parce qu'on avait fait une erreur en transcrivant son nom à l'Immigration. Il devint citoyen américain en 1976 et tout rentra dans l'ordre. Chan avait prit sa retraite en 2002 mais continuait de faire des illustrations à commission.C'est un grand artiste qu'on vient de perdre et ça me peine beaucoup.

Le jour suivant c'est une autre figure des années 70 qui disparut; Donna Summer, qu'on avait incidemment surnommé la reine du disco. Parmis ses albums à succès on compte Lady of the Night (1974), Love to Love You Baby (1975), A Love Trilogy (1976), I Remember Yesterday et Once Upon a Time (1977) et Bad Girls (1979). Le disco en avait prit pour son rhume à la fin des années 70 et Summer avait alors commencé à explorer d'autres style musicaux.


Personnellement je n'ai jamais été un grand fan de disco mais je trouve tout de même triste qu'elle soit décédée alors qu'elle n'avait que 63 ans. Et voilà maintenant qu'en ce 20 mai 2012, soit au moment d'écrire ceci, c'est Robin Gibb qui est mort à l'âge de 62 ans. 


Je l'ai dit plus haut, je n'étais pas trop disco dans le temps mais Gibb et ses frères Barry et Maurice avaient fait tout un tabac dans les années 70, entre autres avec la trame sonore de Saturday Night Fever en 77 (et puis faut avouer que How Deep is Your Love accompagnait très bien les p'tites soirées en charmante compagnie, hé hé).

De voir ces figures emblématiques des années 70 s'en aller presque tous en même temps est une chose mais de les voir partir aussi jeunes est également dur à avaler, surtout qu'ils ont tous combattu la foutue bête...


2 commentaires:

  1. Mince... J'apprends à l'instant pour Ernie Chan. C'est la première fois que ce blog me rend un peu triste. Au passage, un grand grand merci, parce qu'étant français et à peu près du même âge, j'ai droit à deux effets en lisant ce blog : Effet 1 : la nostalgie par grandes bouffées chaque fois que je lis un truc qui me rappelle ma jeunesse de pré-geek. Effet 2 : l'impression qu'il existe une dimension parallèle où tout ce que j'ai vécu existait, mais légèrement modifié (bicoze Québec)... La joie de retrouver des souvenirs, mais des souvenirs où il y aurait quelque chose de neuf. Pour ça, merci !

    RépondreEffacer
  2. Merci beaucoup pour ce charmant mot. J'avais aussi cette impression de monde parallèle quand j'étais jeune, surtout quand je lisais les Pif Gadgets et que je voyais tout ce qu'il y avait en France mais pas ici. Étrange tout de même, non?

    Pluche

    RépondreEffacer