samedi 18 août 2012

Pochettes de disques

A chaque fois que je vais au marché aux puces où que je m'arrête dans une vente de garage je ne manque jamais de z'yeuter les disques 33 tours. Ça me rappelle la bonne vieille époque où je passais des après-midis complets chez Sam the Record Man sur Ste-Catherine à fouiner pour tout et rien. 

Lorsque j'étais étudiant en graphisme, jadis, naguèreuu, je considérais important d'être comme une éponge et d'absorber du contenu visuel provenant de plusieurs sources; les publicités dans les «comics», les dépliants, les magazines de tous genres et aussi, les pochettes de disques. Je considérais ça comme de vraies mines d'or en ce qui concerne l'inspiration. Mon prof trouvait ça con, probablement parce qu'il n'achetait que des disques de rigodons chez K-Mart mais moi je savais que ce n'était pas une perte de temps. Il y avait des trucs géniaux là-dedans.


Et quand ce n'était pas assez j'allais dans un commerce un peu plus à l'ouest au deuxième étage d'un édifice miteux pour y dénicher des trucs introuvables ailleurs. Si je n'achetais pas alors je sortais mon petit calepin et j'y scribouillais les éléments à retenir.

Aussi, parce que j'aime bien tomber sur ces pochettes des années 50 et 60 qui sont parfois absurdes, tantôt ridicules ou encore bêtes à pleurer mais dans certains cas absolument géniales dans leur design. Quelques exemples d'un art disparu.








2 commentaires:

  1. Man look at that artwork!! Or.. oeuvre? as they say up North?

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. That would be "chef d'oeuvre", equivalent to "masterpiece". Someone on my Facebook page said that this kind of design is similar to what UPA Animation was doing in the fifties and I couldn't agree more.

      Pluche

      Effacer